Domaines
Communes
Quartiers de Brest
Ressources
Communauté
Vie du projet
Autour de Wiki-Brest
Boîte à outils
Espaces de noms

Variantes
Actions
De Wiki-Brest
Aller à : Navigation, rechercher

Drummond-Castle et les pêcheurs de Portsall

Texte de Hervé Farrant.

GEDC0251.JPG

Sommaire

Introduction

Le 28 mai 1896, le paquebot anglais Drummond-Castle d'une jauge de 3600 tonnes commandé par le capitaine William Pierce, armé par 103 hommes d'équipage avec à son bord 148 passagers appareille du port de Cape Town en Afrique du Sud à destination de la Grande Bretagne.

Drummond-2.jpg

Le naufrage du Drummond-Castle

Numérisation0004.jpg

Le mardi 16 juin 1896, par mer calme, le Drummond-Castle approche des côtes du Finistère et poursuit sa route vers l'Angleterre. Au cours de l'après midi, un brouillard opaque recouvre l'océan, le commandant soucieux, ralentit la navigation et fait pratiquer des sondages.

A la tombée de la nuit, le commandant Pierce, naviguant à l'estime, persuadé d'être à l'entrée de la Manche met le cap vers l'Angleterre........

Vers 23 heures, le Drummond-Castle talonne le récif des « Pierres Vertes » à l'ouest de l'île Molène à l'entrée du Fromveur Wikipedia-logo-v2.svg.

La proue du navire s'enfonce lentement, l'eau froide pénètre en grondant dans les entrailles du navire. Le capitaine William Pierce ordonne de mettre les embarcations à l'eau, la panique est indescriptible.... En moins de dix minutes, le paquebot disparait sous les flots.

Le Drummond-Castle repose par 65 mètres de fond aux points 48.25.0395 N et 5.03.3843 W.

Le sauvetage

Le 17 juin à l'aube, un passager et deux marins anglais, épuisés de fatigue et de froid, sont sauvés par des pêcheurs de Molène et d' Ouessant.

Les canots de sauvetage Amiral Rigault de Genouilly et Anais d'Ouessant, l'Amiral Rouissin de Molène, avec le renfort d' un bâtiment de la Marine Nationale et l'aide du vapeur La Louise assurant les liaisons entre le continent et les îles entament les premières recherches..........

Plusieurs corps sans vie sont ramenés à terre....... des dizaines d'autres au fil des jours et des semaines, s'échouent sur l'archipel de Molène, les grèves de Camaret, du Conquet, de Saint-Pabu à Plouescat.........


La découverte des noyés du Drummond-Castle par les pêcheurs de Portsall

A l'aube du 17 juin, les rudes et courageux pêcheurs portsallais présents sur zone, participent aux recherches des survivants du Drummond-Castle.

Le canot de sauvetage « Ernest et Suzanne de Saint-Faron » de la Société centrale de sauvetage des naufragés de Portsall, ancêtre de la Société National de Sauvetage en Mer appareille... En vain...

Les 17 et 18 et 19 juin 1896, à trois milles des Roches de Portsall, neuf corps de naufragés du Drummond-Castle raidis par le froid sont repêchés et débarqués sur les grèves du petit port côtier de Portsall.

Une chapelle ardente est dressée. L'émotion est considérable. Des prières et des messes sont célébrées en mémoire des disparus du paquebot Drummond-Castle.


Portsall, port de Ploudalmézeau (avec l'aimable autorisation de Mme Marie-Louise Calvarin)

PORT A MAREE HAUTE 001.jpg

VUE GENERALE DE PORTSALL 001.jpg


Portsall, port de Ploudalmézeau; photographies exceptionnelles datant de la fin du XIXième siècle. (Avec l'aimable autorisation des enfants Michel Carof)


Lerecif2.JPG

Lerecif.JPG


L'identification des victimes du Drummond-Castle

A Ploudalmézeau, l'identification des noyés débute... Le personnel employé à cette tâche lugubre, examine les corps, recueille les documents et les objets personnels.


  • Une femme âgée de trente cinq à quarante ans, à la chevelure noire, vêtue d'un pantalon à raies bleues et blanches, d'une chemise en coton blanc à dentelle et d'une camisole en velours à raies grises et noires le tout sans marque. Il est trouvé sur le corps les bijoux suivants : une chevalière couronne, des alliances avec une tête d'animal et de femme avec l'inscription G.E.M.L.
  • Une femme âgée de trente cinq à quarante ans... « d'une taille d' un mètre cinquante cinq, aux cheveux roux, vêtue d'un peignoir avec des rayures larges au dessus, d'un jupon aux raies bleues et blanches, de deux chemises et d'un pantalon en coton blanc. Il est trouvé sur le corps une alliance et trois chevalières en or avec pierreries»
  • Une jeune femme âgée de vingt cinq ans.....«d'une taille d'un mètre quarante huit aux cheveux châtains, vêtue d'une robe grise, d'une chemise en coton blanc et d'une flanelle, le tout sans marque. La noyée est chaussée de bas noirs et d'un soulier avec une boucle au pied droit. Il est trouvé sur le corps deux alliances »
  • Un garçon paraissant âge de douze à quinze ans... «d'une taille d'un mètre vingt huit aux cheveux châtains, vêtu d'une chemise et d'une flanelle sans marque»
  • Un homme âge de trente ans........ « d'une taille d'un mètre soixante quatorze, cheveux et barbe châtains clairs, sourcils blonds, vêtu d'un pantalon noir et d'un dolman, d'un petit gilet avec des boutons dorés. Le noyé est chaussé de bottines sans clous. Il est trouvé sur le corps des lettres et divers papiers écrits en anglais, plusieurs photographies représentant une femme et trois petits enfants, et une somme d'argent de trois cent quarante deux francs et cinquante centimes en monnaie anglaise, d'une montre avec une chaine en argent numéro 96 318-0935-A.M.J et une chevalière »
  • Un homme âge de quarante cinq à cinquante ans... « d'une taille d'un mètre soixante quinze, cheveux et barbe châtains, vêtu d'un pantalon et d'un paletot noir, d'une chemise de couleur à petits carreaux et d'une ceinture en cuir noire. Le noyé est chaussé de brodequins sans clous. Il est trouvé sur le corps une clé avec une chaine et un médaillon sur lequel sont gravés les mots officiers stors schips. La clé et la chaine sont en argent et le médaillon en cuivre »
  • Un homme âge de quarante cinq ans... « d'une taille de un mètre cinquante cinq, cheveux, sourcils et moustache blondes, vêtu d'une vareuse à deux galons d'or, d'un petit gilet à boutons dorés, d'un pantalon noir, et d'une chemise blanche marquée H.EYTG. Le noyé est chaussé de brodequins sans clous. Il est trouvé sur le corps une somme de cent quarante trois francs en monnaie anglaise »
  • Un homme âge de trente ans... « taille d'un mètre soixante dix huit, cheveux blonds tirant sur le roux, légèrement chauve, il est vêtu d'un long pardessus noir, d'une chemise blanche portant les numéros 365x200. Le défunt est chaussé de souliers et de bas noirs. Il est trouvé sur le corps du noyé, un mouchoir marqué Rich, une montre en argent numéros 8351, un couteau à trois lames et un tire-bouchon renfermé dans un étui, une chevalière en or avec pierreries et une somme de trente huit francs en monnaie anglaise renfermée dans un porte monnaie noir. Cet homme était entouré de deux bouées de sauvetage »
  • Une femme âgée de trente à trente cinq ans... « d'une taille d'un mètre quatre vingt cinq, cheveux châtains clairs, de forte constitution à la figure grasse et rouge, la bouche moyenne et le nez gros. La défunte est vêtue d'un corsage et d'une robe noires avec trois volants, d'un jupon fond blanc rayé de bleu, d'une chemise et d'un pantalon à un seul carreau en coton bleu, le tout sans marque. La noyée est chaussée de bas noirs fixés par un lien blanc. Il est trouvé sur le corps deux bracelets réunis ensemble par un coulant, au bras gauche deux bracelets dont un guilloché, un bracelet couleur or ne portant aucune marque de contrôle et une alliance en or ou est gravée une tête de femme 38. n° 22 et deux chevalières avec pierreries »


Des draps blancs servent de linceul. Les corps des disparus veillés par les habitants, bénis par les autorités ecclésiastiques, toilettes mortuaires faites, reposant dans des cercueils, sont après une émouvante cérémonie religieuses, enterrés au cimetière communal de Ploudalmézeau.


Procession à Portsall, port de Ploudalmézeau (avec l'aimable autorisation des enfants Michel Carof)


La procession s'engage sur le brise lame de Beg al lan. (Juillet 1896)
La cérémonie a lieu au bout du bise lame de Beg al lan. (Juillet 1896)
Départ de la procession avec en tête les matelots portant l'ex-veto de Portsall "Le Saint Pierre". (Juillet 1896)


En juillet 1896, un mois après le naufrage du Drummond-Castel, les autorités religieuses et municipales accompagnées, de matelots portant la frégate ex-veto de Portsall "Le Saint Pierre", organisent une procession en hommage aux victimes du paquebot anglais.

Nouvelles découvertes des corps de naufragés du Drummond-Castle par les pêcheurs portsallais

Le 26 juin 1896, est repêchée à dix huit milles au Nord-Est de Portsall, le corps d'une enfant âgée de dix à douze ans... «d'une taille d'un mètre trente à la forte chevelure châtain clair, vêtue d'un tablier robe de couleur noir, d'un jupon bleu marine, d'une chemise de flanelle à petits carreaux jaunes et bleus et d'un corset en coton rouge. Elle porte au bras droit deux petits bracelets en argent guilloché».

Le 2 juillet 1896, les pêcheurs de Portsall repêchent à six milles au Nord-ouest des Roches de Portsall, le corps d'un homme... «d'une taille d'un mètre soixante quinze aux cheveux châtains, avec tatoué sur le poignet gauche un bracelet formant une couronne et recouvrant la moitié du poignet avec cinq points rouges dans le milieu. Sur le poignet droit, un tatouage indéchiffrable près duquel on remarque la lettre E ou F et deux points noirs sur le bas de l'avant-bras gauche. Cette homme est vêtu d'un veston et d'un pantalon en drap bleu marine au fond rapiécé, d'une flanelle blanche, le tout non marqué. Le défunt ne porte pas de chaussures. Le noyé, la tête et le visage en décomposition, ne portant aucun papiers, ni objets personnels, il fut impossible d'établir un signalement complet».


Le dix juillet 1896, les pêcheurs portsallais trouvent dans les eaux du Four le corps défiguré d'un inconnu... «d'une taille d'un mètre soixante quinze à un mètre quatre vingt cinq. L'homme est vêtu d'un veston, d'un gilet et d'un pantalon en drap bleu marine, d'un caleçon blanc en flanelle à petits raies blanches et bleues, d'une flanelle blanche très longue, d'une chemisette à flanelle à petits raies rouges et bleues avec broderie en trèfle comme en portent les officiers sur le dolman, Les boutons de la chemise sont recouverts du même drap que celle-ci. Le noyé porte une ceinture hygiénique en flanelle avec deux boucles en fer et aux bretelles blanches, marque de fabrique (anti-rhumatique, Belt.J.Hessett.Southsea ) les boutons de pantalon marqués Excellé portent trois étoiles. Le défunt au très petits pieds est chaussé de bas fins en laine noire. Les quelques cheveux qui lui reste à la nuque sont roux clairs».

Une jeune anglaise inconsolable et sans ressources, à la recherche du corps de son fiancé passager à bord du Drummond-Castle, est logée gracieusement par Monsieur Guillard maire de Ploudalmézeau.

A Portsall, Madame Sylvain Marie Carof héberge généreusement des sujets de sa Gracieuse Majesté, parents des disparus du paquebot anglais. En gratitude, Monsieur Carof reçoit une plaque en bois nominative provenant d'une baleinière du navire Drummond-Castle.

GEDC0251.JPG

La Grande-Bretagne témoigne sa reconnaissance aux sauveteurs bretons

En Grande Bretagne, le naufrage tragique du paquebot Drummond-Castle, fait la une des journaux britanniques et suscite dans la population britannique une immense émotion.

Au fil des jours et des semaines, les visites des représentants du consulat britannique de Brest et de l'ambassade de Grande Bretagne à Paris, de la compagnie maritime Castle Line propriétaire du Drummond-Castle, des familles des disparus et des journalistes anglais se succèdent à Ouessant, Molène et Portsall.

Au printemps 1896, le consul de Grande-Bretagne à Brest et Monsieur Mirrielees représentant la compagnie de navigation Castle Line visitent le port de Portsall, remercient les autorités locales et distribuent des gratifications aux pêcheurs portsallais, une somme de vingt cinq francs est offerte aux patrons pêcheurs de Portsall, François Marie.Oulhen du navire « Coq » de Hervé Pellen du canot « H. P. » , Gouzien du « Castor », Le Borgne du « Daïc » Jean-François Pailler du «  Préon », Yves Salou du « Saint Joseph », Yves Daouben du « Pacifique », Le Borgne du « Hoche », Corelleur du « Borda », J. Salou du « Gendarme », et F. Pailler du « Janus » de Saint Pabu.


Impressionnés par le dévouement des pêcheurs bretons, la solidarité désintéressée de la population bretonne et de l'aide spontanée des autorités françaises, la presse anglaise, reconnaissante, lance avec succès une souscription nationale.

Bouleversée et émue, sa Majesté Impériale Victoria, Impératrice des Indes, Reine du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande, remercie le gouvernement français et offre une aide financière conséquente aux populations bretonnes et grave des médailles commémoratives en l'honneur des sauveteurs bretons.

Sa Majesté Impériale Victoria 1ère.


En avril 1897, son excellence Monsieur l'ambassadeur de Grande-Bretagne à Paris, Sir Edmund Monson, accompagné du Vice-Amiral Édouard Barrera préfet maritime à Brest et de nombreux officiels, visite et récompense les habitants de Molène, Ouessant, Le Conquet et Camaret

Une importante somme d'argent est offerte par la délégation anglaise. A Molène, une citerne à eau douce est construite, une horloge est posée sur le clocher et un calice en vermeil est offert par l'archevêque de Canterburry. A Ouessant, le clocher de l'église Saint Pol Aurélien est rehaussé d'une flèche. Des médailles commémoratives sont distribuées.


Visite à Ploudalmézéau de l'ambassadeur de Grande-Bretagne

Photographie du Quai Victoria à Portsall-Ploudalmezeau. (2010)
Photographie du Quai Victoria à Portsall-Ploudalmezeau. (2010)

Le 24 avril 1897, arrivée à 14 heures 30 par train spécial en gare de Ploudamézeau, de Son Excellence Sir Edmund Monson et du Vice-Amiral Édouard Barrera. La délégation officielle est accueillie par monsieur Bénoni Guillard, maire de Ploudalmézeau, les membres du Conseil Municipal, le chanoine Grall et le commandant de la brigade de gendarmerie.

Le cortège devant une foule considérable, se dirige vers la mairie, pavoisée aux couleurs anglaises et françaises.

L'ambassadeur britannique remet des médailles commémoratives aux habitants et marins-pêcheurs les plus méritants, deux à Landunvez, huit à Saint Pabu, cinq pour Saint-Renan et une pour l'Aberwrac'h et Plouescat.

Sir Edmond Monson, Ambassadeur de Grande-Bretagne récompense et honore la commune de Ploudalmézeau......Cérémonie émouvante....les médailles commémorant le naufrage du Drummond-Castle sont remises...Quelques larmes coulent... les plus durs ne dissimulent pas leurs émotions...

Liste nominative des médaillés de la commune de Ploudalmézeau

La Mairie de Ploudalmézeau

  • Monsieur Bénoni Guillard, maire de Ploudalmézeau.
  • Mademoiselle Joséphine Gante, secrétaire de mairie.
  • Monsieur J.J. Guillore, juge de Paix.


Les autorités religieuses de Ploudalmézeau

  • Monsieur le chanoine Michel Grall de la paroisse de Ploudalmézeau.
  • Monsieur le vicaire J. Horellou de la paroisse de Ploudalmézeau.
  • Monsieur le vicaire J. M. Huguen de la paroisse de Ploudalmézeau.


La brigade de gendarmerie de Ploudalmézeau

  • Le maréchal des logis Gelin.
  • Le gendarme Le Gac.
  • Le gendarme Merle.


Le poste de douane de Portsall

  • Le brigadier des douanes Le Bihan.
  • Le douanier Cassac.
  • Le douanier Agombert.
  • Le douanier Thomas.


Les marins-pêcheurs de Portsall


  • Le patron-pêcheur F.Corolleur, du «Borda»
  • Le marin-pêcheur E.Corolleur du «Borda»
  • Le patron-pêcheur F.Gouzien du «Castor»
  • Le marin-pêcheur A.Gouzien du «Castor»
  • Le patron-pêcheur F.M. Oulhen du «Coq»
  • Le marin-pêcheur J.A. Bramoullé du «Coq»
  • Le mousse Auguste Arzel du «Coq»
  • Le patron-pêcheur J Le Borgne du «Daïc»
  • Le marin-pêcheur Perhirin du «Daïc»
  • Le marin-pêcheur J.M. Garo du «Daïc»
  • Le mousse F.Morel du «Daïc»
  • Le marin-pêcheur F.Salou du «Gendarme»
  • Le marin-pêcheur J. Salou du «Gendarme»
  • Le marin-pêcheur F. M. Guiziou du «Gendarme»
  • Le patron-pêcheur F. Le Borgne du «Hoche»
  • Le marin-pêcheur H. Le Borgne du «Hoche»
  • Le marin-pêcheur J. Briant du «Hoche »
  • Le marin-pêcheur H. Cadalen du «Hoche»
  • Le patron-pêcheur Hervé Pellen du « H.P. »
  • Le marin-pêcheur J.M. Perhirin du «H.P »
  • Le marin-pêcheur G. Louedoc du «H.P.»
  • Le mousse J. Kerberenes du «H.P.»
  • Le patron-pêcheur Y. Daouben du «Pacifique»
  • Le marin-pêcheur J. Le Guen du «Pacifique»
  • Le patron-pêcheur J.F. Pailler du «Préo »
  • Le marin-pêcheur J. Abiven du « Préon»
  • Le patron-pêcheur Y. Salou du «Saint Joseph»
  • Le marin-pêcheur J. Salou du «Saint Joseph»
  • Le marin-pêcheur A. Salou du «Saint Joseph»
  • Le mousse A.Salou du «Saint Joseph»
Pierre Corolleur, l'archétype même du marin-pêcheur robuste et courageux disparu en mer avec ses deux fils le 30 avril 1909. (Avec l'aimable participation de Marie-Louise Calvarin.)



Les femmes dévouées de Portsall

  • Madame Marie Corolleur née Floc'h.
  • Madame Le Bihan.
  • Madame Josèphe Milin née Calvarin.
  • Madame Emilie Salou née Prigent.
  • Madame veuve Françoise Trehoret née Cloarec.


Le Vice-Amiral Barrera Préfet Maritime, Sir Edmund Monson et Monsieur Benoni Guillard maire de Ploudalmézeau prononcent un discours.

Monsieur l'ambassadeur de Grande-Bretagne remet au nom de l'impératrice Victoria, une somme de cinq milles francs à la commune de Ploudalmézeau pour l'amélioration du port de Portsall et la construction en place du brise-lames de Beg-al-lan d'un quai appelé en hommage à la souveraine britannique «quai Victoria»

La délégation officielle, se recueille au cimetière communale devant les sépultures des naufragés du Drummond-Castle, visite l'église de Saint Pierre et rejoint la gare de Ploudalmézeau pour regagner Brest.


Portsall 1898, début des travaux de construction du quai Victoria par l'entreprise des frères Scouarnec de Cléden Cap Sizun.

Avec l'aimable autorisation des enfants Michel Caroff.

ConstrQuai2.JPG

ConstructionQuai.JPG



La complainte sur le naufrage du Drummond-Castle

Monsieur Alexandre Guéroc originaire de Bréles, instituteur à Saint-Pabu, bouleversé par la découverte sur une plage de la commune, du corps d'une jeune anglaise à la beauté saisissante, âgée de vingt ans, nommée Nelly, passagère à bord du Drummond-Castle, compose une Gwerz, en français une complainte en souvenir des naufragés du paquebot britannique.

Ce Gwerz est publiée en 1898 par «La Voix du Pays» en français et en breton...

La complainte sur le naufrage

Je veux ô mes compatriotes

Vous rédiger un récit

Sur un malheur qui arriva

A un navire chargé d'Anglais.

Choant am euz o va c'henvroiz

Skrivadeoc'h eun t'am divis

War an darvoud zo c'hoarvezet

Gant eul lestr a zaozon karget.

Son nom était le « Drummond Castle »

Il transportait des hommes, des femmes

Un navire des plus beaux,

L'un des plus rapides.

An Drumond Kastl e oa hanvet

En-han e oa goazet, merc'het

Eul lestr euz ar re gaëra

Unan euz ar re vuana.

Il venait d'Afrique

De la partie la plus lointaine

A bord, ils étaient très gais

Tous sans nul souci.

O tont euz an Afrik edo

Euz ar penn pella zo eno

Er bours oant laouen meurbet

Oll ep poan speret ebet.

Encore une nuit à passer

Et leurs cœurs sautaient de joie

Bientôt ils sont en Angleterre

Un peu de plaisir pendant la nuit.

O C'hoas eun nosvez da basseal

Ag oc'halonou o tridal

Prestik maint e Bro-Zaes

Eun tam ebat epad an noz.

Le navire était arrivé

Au lieu dangereux nommé Fromveur

très proche de l'île d'Ouessant

Un endroit des plus terribles.

Al lestr a ioa en em gavet

El leac'h risklus Fromveur hanvet

Dem dost da Enezen Eussa

Eun andret euz ar re goassa.

Soudain une clameur effrayante

Au ciel s'élève terrifiante

Le pauvre navire est ouvert

Et l'eau envahit l'intérieur.

Raktal eur griaden spontus

War zu an env'zav eotlammuz

Ar paour kez lestr zo digoret

Ag an dour ennhan zo antred.

Mon cœur est saisi d'effroi

A voir la foule sur le pont

Criant et gémissant

A tous leur stupeur.

Va c'halon zo seizet gant spont

O velet an dud war ar pont

Ol krial ag oc'h irvoudi

Peadra d'an oll da vantri.

Hélas ! Hélas ! Le maître des cieux

Est tombé sur leurs têtes

Le navire est sur le point de sombrer

Pauvres gens, ils seront sous peu noyés.

Allas, siouas Mestr an Envou

A zo kouezet war o pennou

Al lestr zo tost da gonfonti

Tud keiz, prest e zit da veuzi.

Avez-vous jamais entendu les plaintes

S'élever au-dessus de nués

Comme celles de gens de l'agonie

Au milieu de la mer grande et menaçante?

Klevet o peuz biskoas klemmou

O pignad warzu an Envou

Vel re an dud en angouni

E kreiz ar mor bras o tarzi !

La mer grande déchainée

Couvrait leurs clameurs de sa voix

Un enfant arraché à sa mère

Ne peut pas pousser un gémissement.

An dour bras eat digompez

A c'holo o c'hri gant e vouez

Ar bughel diframed d'he vam

No c'hell ket huanad eun lam.

Qui résisterait à ces lamentations

A moins d'avoir lui-même un cœur dur

Quand il réalise quel malheur s'abat

Sur des gens attendant le bonheur.

Piou velfe ouz ar goelvan

Nemet kalon dirr ve ennhan

Pa deu da gompren pez maleur

Gant tud o'c'hortoz an boneur.

La mer est mauvaise à l'extrême

Elle n'épargne personne dans sa furie

Moi-même je lui reproche

La mort de ma sœur chérie Rosalie.

Ar mor a zo fallakr meurbet

Ne zamant den gant e genet

Me va hunan a rebech d'hi

Maro va c'hoar ger Rosali.

Elle demeurait au bourg de Brélés

Petite de taille, mais grande par le cœur

Elle se noya au lieu-dit « Bel-Air »

Un mauvais endroit et mal nommé.

E bourg Beriez edo edo o chom

Bian a gorf, bras a galon

El leac'h an Ear-Gaër eo beuzet

Eun andret fall, fall lez-hanvet.

Mais faisons taire notre douleur

Et revenons à nos pauvres anglais

D'un seul coup séparés

L'un et l'autre arraché.

Mez tavomp hon distridigez

A distroomp dar zaozon-kez

En eil taol kont dispartiet

An eil z'egile dianket.

Comment dominer la mer grande

Au milieu de la nuit profonde

Que peut-on espérer

Une fois à l'eau en plein nuit?

Penaos beza treac'h dar mor braz

E kreiz an nos du eoa c'hoaz

Petra a c'heller da c'hortoz

Eur vech en dour epad an noz.

Environ deux cent cinquante

Tous furent noyés sans secours

Seuls trois hommes furent sauvés

Par des marins-pêcheurs.

Deuz an daou gant ag hanter kant

Oll int bet beuzet ep damant

Nemet tri zen oe saveted

Gant tud a ioa o klask pesket.

Quelques jours après

On été trouvés la mère et la fille

Le père et le fils séparés

D'autres étaient restés en chemin.

Eun neubeut derveziou varlec'h

E voe kavet ar vam ar verc'h

An tad, ar mab dispartiet

Lod all en hent a ioa choumed.

Car la plupart d'entr'eux

Sont restés à l'intérieur du navire

Avec lui aussi ils furent engloutis

Mon Dieu ! Pour nourrir les poissons.

Rak an darn muia anezho

El lestr a zo choumet eno

Ganthan ive int bet lounket

Va doue ! Evit maga pesket.

O mes compatriotes bretons

Alors, à tous vous avez montré

Combien votre cœur est beau

Vraie cette renommée de toujours.

Ova kenvroiz Bretounet

Neuze d'an oll'peuz diskoezet

Penaos o kalon azo bras

Gwir ar brud ze c'heuz a viskoas.

Pêcheurs de l'île de Sein

A vous, je dirai avec joie

Ma fierté d'être breton et

D'avoir avec vous le même cœur.

Pesketerien Enez Eussa

D'eoc'h e livirin gant jos

Euz loc'h enn hon beza Breton

A kaout ganeoc'h memez kalon.

Louanges à vous, Molènais

Et à vous, tous gens de foi

Dans le malheur il n'y a pas d'ennemis

Que pour les traîtres.

Meuleudi ive Molenezis

A deoc'h holl tud afeiz

Er maleur n'eus enebourien

Nemet vit an dreitourien.

A Saint-Pabu et à Portsall

Au Conquet et beaucoup d'autres lieux

A tous vous avez montré

Que vous êtes de la race des Bretons.

E Saint-Pabu, ag e Portsall

E kong ag meur a leac'hall

D'an oll c'houi oc'h euz diskoezet

Oc'h euz a wouen ar Bretounet.

Avec la plus grande dévotion

Et la pitié en cœurs

Au cimetière vous avez conduit

Les corps des gens que vous avez trouvés.

Gant ar brassa devosion

Ag an truez en ho kalon

Dar weret c'houi o cheuz kasset

Korfou an dud oc'h euz kavet.

Il m'a été donné de voir

Une jeune fille nommée Nelly

Elle était belle comme une rose

Elle n'avait qu'environ vingt ans.

Roet eo bet d'in da welet

Eur plach yaouank Nelly hanvet

Koant ez oa evel eur rozen

Vardro ugent vloas ne doa ken.

Rien que ses vêtements

Décelaient une jeune fille de qualité

A Saint- Pabu est sa tombe

Hélas bien loin de son île.

Netra nemet e gwiskamant

A ziskueze oa plac'h a gant

E Saint-Pabu e man e bez

Allas ! Pell bras euz he Enez.

J'ai vu aussi sa sœur

Fort grande était sa peine

C'était pour elle un déchirement

De quitter sa pauvre sœur Nelly.

Gwelet am euz ive e c'hoar

Bras tre ez oa e glac'har

Eur ran galon oa evit hi

Kuitaat e c'hoar paour Nelly.

N'était-ce pas une pitié de voir

Ainsi au loin, en un cimetière

Une petite jeune fille si gaie

Et de plus jolie comme un lis.

Ma neo ket eun truez gwelet

Evelse pell en eur weret

Eur plac'hik a oa ken laouen

Ag ive koant'vel eul lilien !

Un petit oiseau vient souvent

Près de la tombe de la pauvre fille

Et chante d'une voix désolée

A faire couler les larmes.

Eur vech c'hoas, meuleudi d'eoc'h

Ra vo ar peoc'h ganeoc'h

Rouanez Bro-Zaos en deuz roet

Ar vetalen ho peuz gounezet.

Une fois encore louanges à vous

Que la paix soit avec tous

La Reine d'Angleterre a donné

Une médaille que vous avez mérité.

Eur vech c'hoas, meuleudi d'eoc'h

Ra vo ar peoc'h ganeoc'h

Rouanez Bro-Zaos en deuz roet

Ar vetalen ho peuz gounezet.

En terminant, prions Dieu

De veiller sur ses enfants

Qui risquent, sur la mer, leur vie

Pour nourrir les gens de leurs maisons.

Eul labousik a deu aliez

A kichen bols ar verc'hik kez

Ag gant eur vouez enkreset

A lak en Daëlou da reget.

Qu'il plaise à sa mère bénie

L'étoile de la mer, bien nommée

D'éloigner de nous un tel malheur

En France, en Bretagne et partout ailleurs !


Eur vech c'hoas, meuleudi d'eoc'h

Ra vo ar peoc'h ganeoc'h

Rouanez Bro-Zaos en deuz roet

Ar vetalen ho peuz gounezet

Kanaouen War An Drummond Kastl 'Konfontet

E kichen enezen Eussa e mis even 1896

Composet gant Alexandr Gueroc.

Mestr-skol e Saint-Pabu.


Epilogue

En 1996, une délégation anglaise et les descendants des survivants du naufrage avec la coopération des autorités françaises et régionales commémorent le naufrage du Drummond-Castle. Un pavillon britannique est offert par sa Majesté Élisabeth II, reine de Grande-Bretagne, du Canada, d'Australie, chef du Commonwealth... à l'ile de Molène.
Les années passent... le souvenir du naufrage du Drummond-Castle, reste dans la mémoire collective des habitants de Ploudalmézeau-Portsal... En hommage aux disparus du paquebot Drummond-Castle...


Remerciements

Madame Louise Morel.

Madame Yvonne Stéphan.

Madame Madeleine Kerven.

Madame et Monsieur Monique et Alain Sibiril.

Madame Marie-Louise Calvarin.

Messieurs Clément Corolleur, José Tastet, Jean-Pierre Perrot, Jacques Guédon, Mario Soléra.

Messieurs Bruno Gouez et Ygor de Saint-Roch.

La mairie de Ploudalmézeau.

Madame Catherine Guevel, Chargée de la communication de Ploudalmézeau

Mademoiselle Guillemant Catherine, animatrice du centre multimédia « La Clé des Champs» de Ploudalmézeau.


Sources

Archives Municipales de Brest.

Le Courrier du Finistère. ( 1896-1897 )

La Dépêche de Brest et de l'ouest. ( 1896-1897 )

Kannadig n° 160, 161, 162.

Les îles de la miséricorde par Henri Quéffélec.Editions Bartillat. 1996.

Les naufragés du bout du monde: la tragédie du Drummond-Castle par Tangui Quéméneur.

Le Télégramme de Brest. 1996.

Archives photographiques et documents Hervé Farrant.

Collections photographiques Marie-Louise Calvarin.


Sites Internet

Eusa-Drummond-Castle

https://fr.wikipedia.org/wiki/Drummond_Castle Wikipedia-logo-v2.svg

Les Molénais et le naufrage du «Drummond-Castle»

Drummond Castle

Outils personnels