Domaines
Communes
Quartiers de Brest
Ressources
Communauté
Vie du projet
Autour de Wiki-Brest
Boîte à outils
Espaces de noms

Variantes
Actions
De Wiki-Brest
Aller à : Navigation, rechercher

Divertissements : Souvenirs d'avant guerre

C'est avec grand plaisir que les personnes âgées de la résidence Ker Bleuniou (Amitiès d'Armor) de Gouesnou se retrouvent régulièrement pour évoquer leurs souvenirs. Ici ils nous parlent des divertissements de leur jeunesse.

Lorsque nous étions plus jeunes, on travaillait beaucoup, alors nous ne laissions pas l'occasion de s'amuser passer. Les pardons, les foires, les fêtes foraines, les cirques...

Sommaire

Les trajets

On se retrouvait entre copains pour s'y rendre, on chantait. « Je me souviens qu'un jour, avec une amie on se rendait au pardon de Gouesnou. Garée sur le bas côté une moto attira notre attention...prés d'elle dans le fossé un jeune homme que nous connaissions vaguement de vue dormait profondément. Il avait dans ses bagages un appareil photos. La curiosité nous rendant téméraire nous nous sommes prises en photos mutuellement. Nous n'avons jamais vue ces photos, pourtant j'ai rarement ri autant qu'en imaginant la tête de ce garçon découvrant les images de deux jeunes inconnues posant devant sa moto. Je n'en reviens toujours pas d'avoir osé faire cela ! »

les cirques

Souvent les pardons étaient accompagnés de fêtes foraines : « Je connais une personne qui s'est fait arracher le bras par un lion. Dans l'esprit de la fête il ne s'est pas méfié, il a tendu le bras et ... ». On voyait des lions aussi lorsque les cirques venaient... « J'habitais Plouguerneau, le cirque arrivait tous les ans à la même époque. Petite fille j'attendais avec impatience. Lorsque les premières caravanes arrivaient, je m'installais sur le mur de l'église et j'admirais tout ce monde passer. Je les enviais, mon rêve était de partir avec eux. A la fin de leur séjour les forains embauchaient les jeunes gens pour les aider à démonter le chapiteau ».

Les fêtes foraines

Un des manèges vedette des foires était le casse gueule. Il y avait le tir aux pigeons, les casses-boîtes, mais la préférence allait aux casse gueules : « Les garçons attrapaient les chaises des filles pour les embêter ; ceux qui restaient en bas en profitaient pour se rincer l'œil. » « Il y avait aussi la chenille...C'était une succession de petites voitures qui se recouvraient d'un drap de temps en temps, et ça criait en dessous !!! ».

Les feux de la Saint Jean

Une autre fête marquante de nos années de jeunesse est le feu de la Saint Jean. « En général, le feu était organisé par quartier souvent à un carrefour. Chacun fournissait un fagot. Chez nous il y avait une vieille qui apportait des plantes médicinales, de la sauge je crois, et elle se frottait les yeux avec. » «  Nous les jeunes, nous dansions autour du feu puis nous sautions par-dessus en prononçant des vœux. »

« Ha nous ne nous ennuyions pas !!».

Outils personnels