Domaines
Communes
Quartiers de Brest
Ressources
Communauté
Vie du projet
Autour de Wiki-Brest
Boîte à outils
Espaces de noms

Variantes
Actions
De Wiki-Brest
Aller à : Navigation, rechercher

Capucins, quel avenir ?

Capucins photo 08.jpg Portail

Capucins

Il y a actuellement 134 articles liés à ce sujet.

Capucins, quel avenir ?


Quel avenir pour le plateau des Capucins ?

Capucins, quel avenir ?
Collectif-jq.jpg
Un article de : l'Écho de St-Pierre
Parution : février 2004
N° : 160
Auteur : Daniel Impiéri



Dans les prochaines semaines, nous en saurons peut être un peu plus sur l'avenir du Plateau des Capucins, partie intégrante d'une réflexion plus large sur l'ouverture des rives de la Penfeld à tous. Avant de me pencher sur son avenir, j'ai voulu en savoir un peu plus sur l'histoire de ce lieu.

Le plateau des Capucins vu de la rue Pontaniou


Retour vers notre passé

C'est Michel Baron qui me sert de guide dans ce retour vers notre passé.« Nous sommes à la fin du XVIIème siècle. Le plateau des Capucins est situé au nord de la bourgade de Recouvrance, au sommet d'un escarpement rocheux. Il est compris entre la crique de Pontaniou et les quais de Bordenave, surplombe la rivière de Penfeld d'environ 30 mètres et le nouvel arsenal, bâti à ses pieds. Cet espace est la propriété de Yves Le Gac d'Armorique (1640-1716), maire de Brest de 1691 à 1693. Durant son mandat, il donne ce plateau à l'ordre des Capucins. La première pierre du couvent est posée par Vauban, le 30 août 1695. Sur le terrain restant, un magnifique jardin à la française est aménagé. Lors de la terrible épidémie de typhus, de 1757 à 1758, le couvent est temporairement converti en hôpital. A la Révolution, les terrains et les édifices sont confisqués et attribués à la Marine, par décret du 12 mars 1791. En 1801, la Marine transforme les lieux en caserne pour les apprentis canonniers. Le remplacement des navires à voile en bois par des navires à vapeur avec des coques en fer, sous l'impulsion de Henri Dupuy de Lôme (1816-1885), impose la construction de nouveaux ateliers, pour la confection des chaudières notamment. Les bâtiments de l'ancien couvent sont détruits et les ingénieurs Fauveau et Menu du Mesnil établirent les plans. Entre 1845 à 1864, un atelier pour la fonderie, un autre pour la grosse chaudronnerie et un dernier (dit des machines) pour l'ajustage et le montage des pièces mécaniques sont construits par la Marine. A l'est du plateau, une rampe est aménagée pour faciliter l'accès aux quais de l'arsenal. Près des quais de Bordenave un viaduc imposant est édifié, afin de supporter une grue capable de soulever 40 tonnes. C'est sous cette grue que les bâtiments en construction viennent recevoir leurs chaudières. Malgré quelques dégâts réparables, les ateliers du plateau des capucins survivent à la dernière guerre ». Aujourd'hui, le plateau a perdu de son efficacité stratégique, puisque qu'il n"˜accueille plus que la salle des machines, le centre de formation des armements et les installations sportives attenantes, ainsi que le restaurant de Quéliverzan. Et c'est avec nostalgie que bon nombre d'ouvriers de l'arsenal qui, comme Michel Baron, ont connu les ateliers trépidants d'activité, acceptent avec une pointe de regret leur reconversion.

Demain, sur le plateau des capucins

Que deviendra le plateau des capucins ? Lors de multiples initiatives associatives, politiques et syndicales, les Brestois se sont émus du manque de transparence dans la réflexion sur cet avenir. Ils n'ont pas manqué de proposer des pistes d'évolution, comme entre-autres la création d'un site culturel, pour répondre à la demande d'espaces d'élaboration ou de présentations artistiques. La CUB et la SEMAEB, qui pilotent le projet d'aménagement du site, doivent créer un groupe consultatif pour que le débat reste ouvert et que tous nous puissions influer puis nous prononcer sur les propositions des 3 équipes qui seront retenues à la fin de ce mois. Elles devraient présenter leurs réflexions peut-être avant la fin de cette année. D'ici là, nous aurons tous l'occasion de (re) découvrir cet espace puisque le CUB et la SEMAEB se sont engagés à organiser en avril prochain des visites du plateau des capucins.

Daniel Impiéri.

Vous pouvez aussi contacter l'association « Dansons la Capucine » au 02 98 44 10 97

Ce contenu est publié sous licence Creative Commons BY-ND

Cc-by-nd icon.svg

Vous êtes libre de :

partager — reproduire, distribuer et communiquer l’œuvre

d’utiliser cette œuvre à des fins commerciales

Selon les conditions suivantes :
Cc-by new.svg Attribution (BY) — Vous devez citer l’auteur de l’œuvre.
Cc-nd.svg Pas d’œuvres dérivées (ND) — Vous n’avez pas le droit de modifier, de transformer ou d’adapter cette œuvre.
Outils personnels