Domaines
Communes
Quartiers de Brest
Ressources
Communauté
Vie du projet
Autour de Wiki-Brest
Boîte à outils
Espaces de noms

Variantes
Actions
De Wiki-Brest
Aller à : Navigation, rechercher

Brest en 1752

Brest au XVIIIème : à l'avant-garde du mouvement des Lumières.

Il est temps de redécouvrir une histoire de Brest par trop méconnue, celle d'un port en pleine prospérité dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, celle de marins lettrés et savants d'une curiosité insatiable pour tout ce qui a trait aux océans, celle d'explorateurs qui embarquent vers tous les bouts du monde en quête de plantes et d'animaux jamais vus sur les terres d'Europe et qu'ils rapportent après des années de traversée.

A Brest, durant ces années, à l'initiative de Sébastien-François Bigot de Morogues, un groupe de jeunes officiers se réunit fréquemment pour partager sa passion des sciences et des techniques de la mer : hydrologie, astronomie marine, construction navale...Leurs travaux sont si remarquables qu'en 1752 le ministre de la mer élève leur société savante au rang d'académie. Ce sera la prestigieuse et unique Académie de Marine.

De grands navigateurs, Bougainville, Kerguélen, La Pérouse, Fleuriot de Langle en font partie. Grâce à ces personnalités éclairées, d'une intelligence critique et optimiste contre tous les fondamentalismes, les idées des Lumières se propagent. Avec leurs recherches, les connaissances progressent : Brest joue alors un rôle majeur dans les progrès de la navigation et donne à la France une longueur d'avance sur le Royaume Uni qui y dépêche ses espions.

L'Académie de Marine témoigne ainsi de l'effervescence intellectuelle de Brest à l'approche de la Révolution.

A cette même époque le port de Brest vibre d'une intense activité.

L'Arsenal est un vaste chantier industriel. De 1750 à la Révolution on y construit 80 bateaux dont 24 vaisseaux de 74 canons, les fleurons des bâtiments de combat. L'arsenal compte jusqu'à 12 000 ouvriers dont une majorité de charpentiers de marine, voiliers, cordiers.

Source

Outils personnels