Domaines
Communes
Quartiers de Brest
Ressources
Communauté
Vie du projet
Autour de Wiki-Brest
Boîte à outils
Espaces de noms

Variantes
Actions
De Wiki-Brest
Aller à : Navigation, rechercher

Auguste-Étienne-François Mayer

Auguste Étienne François Mayer est né à Brest le 17 juillet 1805 et il y décède en 1890. C'est un peintre de marine, dessinateur et lithographe.

Sommaire

Sa vie

Dans le cursus des officiers de Marine, l'expérience des voyages du XVIIIème siècle avait mis en évidence la nécessité de la pratique du dessin pour le relevé des côtes et la cartographie. Cette nécessité sera moins prégnante au XIXème mais l'enseignement du dessin continuera à occuper une place importante dans la préparation des marins. Il y aura de manière presque continue deux postes de professeur de dessin à l'École Navale de Brest.



Un article [1] des Cahiers de l'Iroise consacré aux professeurs de dessin de l'École Navale et l'apport d'Andrée Perron nous permet d'en savoir un peu plus sur la vie de ce brestois.

Les origines de la famille MAYER ne sont pas connues, mais si l'on considère les noms de famille des grands parents paternels : MAYER et BRUNTZ, on peut supposer qu'ils sont originaires de Lorraine ou d'Alsace.

Le couple vint s'installer à Lorient et si l'on ne connaît pas la profession de Sébastien MAYER, on sait que ses trois fils et son gendre eurent tous quatre, une carrière militaire. Ceci eut certainement une influence sur la carrière d'Auguste MAYER qui choisit d'être peintre de la marine.

Son père Antoine Louis, quatrième enfant de Sébastien et de Marie Anne BRUNTZ, né à Lorient le 9 Juillet 1778 épousait à Brest le 27 Vendémiaire an XI (20.10.1802) Marie Catherine Elie Perrine YVON fille d'un marchand de vin, née à Brest le 11 Avril 1783.

Antoine était alors Lieutenant en 1er du 1er régiment du corps impérial d'artillerie de marine. Le couple eut deux enfants. Jeanne Marie Josèphe née à Brest en 1810 sœur d'Auguste mourut de tuberculose le 3 Juillet 1789 à 69 ans, au même domicile que son frère, 3 rue Voltaire à Brest tous deux célibataires.

La carrière d'Auguste MAYER qui fut un peintre prolifique, débuta comme écrivain de marine en 1823. Il embarquera ensuite sur les navires de l'Etat en tant que peintre de la marine, et sa carrière de peintre va débuter à l'exposition de 1833 où il sera désormais présent chaque année.

Il va voyager et rapportera bon nombre de documents de ces pays lointains qu'il a ainsi découverts :

  • en 1830 comme secrétaire du Baron Taylor chargé d'une mission d'art en Orient
  • en 1836[2], 1838 et 1839 trois voyages le mène successivement en Islande, en Laponie et Spitzberg puis en Suède et au Danemark.
  • en 1845 en Scandinavie, il est attaché à la commission scientifique du nord comme dessinateur et réalise les planches du Voyage pittoresque en Scandinavie.
  • en 1846 en Asie Mineure

Il ira aussi en Norvège et au Cap Nord et tirera une grande partie de son inspiration de ces voyages, comme des paysages de Bretagne ; mais il s'est aussi inspiré de l'actualité brestoise.

A Paris il obtient une certaine reconnaissance. Légion d'honneur en 1839, Chevalier de l'ordre de Gustave Wasa, il est promu officier le 7 Décembre 1867. Mais sa passion du dessin entrera en conflit avec sa carrière de marin, on lui reprochera de mener des activités qui n'ont rien à voir avec son grade.

C'est alors qu'il sera affecté à Brest à l'École Navale à 45 ans. il occupera le poste de professeur de dessin à bord du navire école Le Borda jusqu'à sa mise à la retraite à 62 ans. ». Il sut inspirer l'amour de la mer et de l'histoire maritime à ses élèves futurs officiers de marine.

Auguste-Étienne Mayer sera un illustrateur prolifique, peintre et lithographe, connu des brestois du XIXème siècle. Son œuvre comprend des scènes de combat naval et d'autres plus historiques comme la bataille de Trafalgar. On peut voir deux grandes toiles au Musée de la Marine à Paris.

Comme lithographe, il réalise sur les dessins de Louis Le Breton une partie des illustrations de l'Atlas pittoresque du Voyage en Océanie et au Pôle Sud de Dumont d'Urville. Le plus souvent, c'est lui qui représente les deux corvettes L'Astrolabe et La Zélée en situation.

En 1875 il faisait partie de la commission chargée de mettre en place un musée pour la ville de Brest. Ce musée où seront déposées 22 de ses œuvres, tableaux et dessins, qui disparaîtront sous les bombes de la deuxième guerre mondiale.

Il eut différents domiciles dans la ville : 1865- place du Château n° 29. 1870- rue du Château n° 15. 1876- rue Voltaire n° 3

où il devait s'éteindre le 22 Septembre 1890, à l'âge de 85 ans.

Ses Œuvres

On lui doit :

  • La rade de Brest en 1698.
  • Le combat du Bucentaure
  • Le combat du Pluton 1835 - 1836
  • La corvette « la recherche au milieu des glaces »
  • La frégate « l'Egyptienne »
  • L'incendie du « Devonshervé » en 1707 (1837-1838) (ce tableau qui fut acheté par l'Etat, rappelait un glorieux combat livré le 21 Septembre 1707 à l'entrée de la Manche par Duguay-Trouin et Forbin à l'escorte anglaise du Commodore Edward qui convoyait des troupes).
  • Le cap nord et Sites de Norvège (1839)
  • Calvaire breton
  • Le naufrage de « l'Algésiras »
  • Le port du Conquet
  • La bourse de Copenhague
  • Un homme à la mer (dessin)
  • Le soir d'un combat 1841-1842
Tombe d'Auguste Mayer au cimetière de Saint-Martin à Brest
  • L'incendie de la bourse de Hambourg en 1842 (1857)
  • Arrivée de Napoléon III dans le port de Brest en 1858 . (Ce tableau se trouve à Paris au Musée de la Marine.)
  • Il a aussi peint le « canot de l'Empereur » qui se trouve également au Musée de la Marine à Paris, depuis 1943 ; ce canot fut construit à Anvers uniquement pour la visite à Brest de Napoléon III et ne devait resservir qu'en 1904 lors d'une visite du Président de la République à Brest.
  • La frégate « l'Hermine » par le travers du cap Horn en 1841, envoie une embarcation sauver un matelot enlevé par une vague.
  • Baie des trépassés en 1861
  • Phare de la presqu'île de Kermorvan
  • Le port de Porstrein à Brest
  • Baie de Pen Hir près de Camaret (1865).
  • Et bien d'autres encore.

Auguste MAYER repose au carré 12 du cimetière de Brest St Martin, sous une tombe de granit en bon état mais dont l'écriture devient difficile à déchiffrer. N'ayant pas eu de descendance, sa tombe ne reçoit pas de visite.

L'Astrolabe et La Zélée frôlant les rochers de l'île Sangihe (Nord Sulawesi)
L'Astrolabe et La Zélée sortant de la banquise dans le sud du cap Horn en février 1838

Au cours du XIXème siècle, d'autres brestois seront professeurs de dessin à l'École Navale :

  • François-Alcide Auger (1817-1871) professeur de 1842 jusqu'à sa mort.
  • Pierre-Julien Gilbert (1783-1860) professeur de 1816 à 1833 puis de 1842 à 1850.
  • Gilbert-Émile Miriel, (1841-1917), professeur de 1872 à 1887.

Ses illustrations


Retrouvez les œuvres de Mayer publiées sur Wikimedia Commons (bibliothèque de Wikipédia)

Notes et références

  1. Les professeurs de dessin à l'Ecole Navale de Brest au XIXe siècle Denise Delouche, Cahiers de l'Iroise n°106, 1980, p 63
  2. Voyage en Islande et au Groënland exécuté pendant les années 1835 et 1836 sur la corvette La Recherche, Paris, Arthus Bertrand

Liens externes

Outils personnels