Domaines
Communes
Quartiers de Brest
Espaces de noms

Variantes
Actions
De Wiki-Brest

Apprenti en 1940, retraites anglaises et tribulations nocturnes

Apprenti en 1940, retraites anglaises à Brest, et tribulations nocturnes

En septembre 1938, je rentre comme apprenti chaudronnier à la D.C.A.N., on se protège des travaux au four par des gants et un tablier en amiante, attention aux dégâts !!! Au début 1940, la guerre tourne mal, les apprentis (2ème année) sont chargés de confectionner des centaines d'abat-jour en fer blanc, afin de réduire la luminosité de l'arsenal lorsque les avions allemands commencent leurs reconnaissances. Au début de 1940, les ouvriers et apprentis reçoivent un masque à gaz. Nous avons subi deux passages dans une salle spécialement aménagée pour tester les masques. Après avril 1940, à chaque alerte des avions allemands , tout le personnel du plateau se protège dans des tranchées creusées dans un terrain vague à l'ouest du plateau.

A partir de juin 1940, les troupes allemandes envahissent la France sans rencontrer beaucoup de résistances. Elles avancent rapidement vers Brest, et l'armée anglaise quitte précipitamment notre pays, une grande partie étant rapatriée par le port de Brest. Hélas, par manque de navires, on ne peut embarquer pratiquement que du personnel. En conséquence, la route de Guipavas, de la place de Strasbourg à Coataudon, sert de dépôt à leurs matériels les plus divers. Il en est de même sur la route de Quimper jusqu'au Moulin Blanc. Leur matériel bien rangé sur la berme d'un seul coté de la route. Certains équipages y mettaient le feu avant de se grouper dans un autre véhicule qui les emmenait au port.

Les brestois ont pu piller les camions qui contenaient tout ce dont a besoin une armée. Habitant Hanvec, j'étais en pension familiale à Brest ainsi que deux autres copains. Le 17 juin 40, les avions allemands survolent souvent la ville (leur armée était déjà dans les Côtes D'Armor). Brest détruit certaines archives militaires et les réserves de mazout sont en feu sur la mer.

Dans ce contexte notre groupe de trois copains décide de rejoindre leurs familles à Hanvec et à Saint Eloy. Nous partons à 10 heures du soir (le 17) avec notre baluchon et à pied pour une marche de 36 Km. Dans la descente du Bot, devant nous, tous ces camions bien rangés le long de la route sont particulièrement tentants pour l'un de nous qui avait son permis, il se met au volant de l'un d'eux, le démarre mais il lui est impossible de le sortir du rang car ils sont trop serrés. Il fait bien nuit, nous vérifions le contenu du camion ; que des cigarettes anglaises, nous prenons chacun un baluchon, c'est le 2ème et en route pour Saint Eloy. Après une petite pause dans la rosée matinale à coté de la voie ferrée au niveau d'Irvillac, nous arrivons à Saint Eloy vers 7 heures le 18 juin. Il fait très beau temps et de chez moi, toute la journée, porté par le vent du nord nous entendons le vrombissement de l'armée allemande qui traverse Sizun en direction de Brest.

Ne fumant pas, mes cigarettes ont été distribuées en partie à mes amis et surtout nous ont permis de faire du troc contre des vêtements, de l'essence, et du pétrole.

Nota : plusieurs véhicules ont trouvé preneurs, et j'ai su plus tard que des paysans de la région ont rentré leur foin avec des camions anglais. Hélas, lorsque l'armée allemande a pris possession des lieux, tous ces véhicules ont été récupérés.

Hervé Guillerm


Ce contenu est publié sous licence Creative Commons BY-ND

Cc-by-nd icon.svg

Vous êtes libre de :

partager — reproduire, distribuer et communiquer l’œuvre

d’utiliser cette œuvre à des fins commerciales

Selon les conditions suivantes :
Cc-by new.svg Attribution (BY) — Vous devez citer l’auteur de l’œuvre.
Cc-nd.svg Pas d’œuvres dérivées (ND) — Vous n’avez pas le droit de modifier, de transformer ou d’adapter cette œuvre.
Outils personnels